FEMINITY COACH

EMPOWERMENT

 

Êtes vous à l’aise lorsque vous êtes féminine ?


Au quotidien, pour un soir ou pour une vie, cette question s’adresse à toutes les femmes: mères, étudiantes, actives, retraitées, célibataires ou mariées…

La philosophie d'Emma Mylan "Toutes les femmes sont belles quand elles s'aiment" invite à s'accepter tel que l'on est, tout en embrassant notre unicité. Telles que nous sommes, chacune unique à sa manière. Il y a autant de définition de la féminité qu'il y a de femmes sur terre !

Les cours FEMINITY BOOST auront lieu à Genève et Lausanne aux studios Secret Follies !

Je vous souhaite d’être épanouie à chaque instant.

Emma Mylan

mbg000_logo_Youtube.jpg
Et Dieu créa la femme
par Delphine Gallay 

Bienvenue dans le monde merveilleux d’Emma Mylan. Icône burlesque, l’élégante parisienne fait couler beaucoup d’encre depuis ses premiers pas au Palais Mascotte (2008-2010).

 

Dans la peau de Myako Mascotte, elle crée et anime la revue du Cabaret coquin sous les applaudissements d’un public conquis.


Directrice artistique du grandiose Ohh! Lala! Chérie! au Plaza Klub de Zurich, Emma signe la mise en lumière de la crème néo-burlesque dans des numéros enivrants.


Meneuse de revue encensée, cette jolie Geneva girl d’adoption sourit à la féminité avec magie et poésie.

Et dieu crea la femme.jpg

Danse langoureuse, art du feu (...) la belle offre une gestuelle à fleur de peau délicieusement amusée.

 

Le temps d’une parenthèse, Emma nous confie sa philosophie et ses envies “je cherche ce que la féminité veut dire ». Bannir la standardisation, s’accepter telle que l’on est, accompagner ses émotions et surtout briser les chaînes de l’inhibition. La liberté…

Découvrez-la. Maîtres mots du show Emma Mylan: esprit, grâce et sensualité.

 

Artiste accomplie, elle apparaît sur le devant de la scène internationale (Paris & Barcelona burlesque festival, Las Vegas…) et se produit dans des lieux aussi petits que le Zénith de Paris et le Stade de France (auprès des Guetta).

Notre Big star n’en oublie pas pour autant les Genevoises. Avec en 2010, l’ouverture du Secret Follies Boudoir à Plainpalais. Mot d’ordre: "réveiller la pin-up qui est en nous" !

 

Sous ses précieux conseils, les apprenties ladies se libèrent entre strass et paillettes, lingerie fine et coiffes rétro, et apprivoisent leurs formes et leur féminité. Atelier solo, en petit groupe ou entre amies, un moment de détente et d’expression pour se faire plaisir et réapprendre son corps, ses atouts et les lignes de séduction.

 

Emma Mylan donne envie d’être et de paraître en nuances… Une femme tout simplement.

© Philippe Houdebert

marie c.jpg
The show must go on
par Virginie Bosc 

Emma Mylan le sait. Pour vivre intensément, elle doit sortir des sentiers battus. A 14 ans, elle quitte le nid familial, rejoint l’école de la rue, danse avec le feu au sens propre comme au figuré, s’affranchit des normes et fait du burlesque un art de vivre.

Si la belle Eurasienne excelle dans l’art de l’effeuillage, Emma a aussi l’âme d’une meneuse… Et pas seulement de revue !

marie claire.jpg
1489215_10151885308527341_2031782086_n-2

1999 : Départ de la maison. «Je croque ma liberté à pleines dents. La rue est un terrain de jeu.»

2008 : Prend la direction artistique du Palais Mascotte. «Deux ans là-bas, c’est comme dix ans de notre espace-temps!»

 

2012 : Fonde l’école Secret Follies. «Un vrai laboratoire d’expériences féminines…»

2023 : Monte des spectacles en milieu naturel, «loin des artifices, de la ville, des lumières et des paillettes».

A quel moment le burlesque entre-t-il dans votre vie ?


A 18 ans, je monte une troupe uniquement composée de filles. N’ayant pas vraiment de modèle féminin à partir duquel me construire, c’est avec elles que je commence à enfiler des costumes sexy et à jouer avec ma féminité, mais le vrai tournant a lieu avec mon engagement au Palais Mascotte. Un lieu mythique à Genève! Créer des spectacles était, à 21 ans, une expérience hors norme qui m’a beaucoup apporté et aussi beaucoup usée…

Qu’est-ce qui vous séduit dans cet univers ?


Une vision très personnelle des numéros. Il y a presque autant de définitions du burlesque qu’il y a d’artistes qui l’exploitent. C’est une scène où l’expression est très libre. J’aime sa dimension poétique et l’autodérision qu’il exige.

 

En incarnant les pin-up des années 50, ne craignez-vous pas de vous mettre les féministes à dos ?


Je crois que c’est justement parce qu’elles ont pris le pouvoir sur leur féminité que certaines embrassent le burlesque. La révolution sexuelle était nécessaire, mais elle a aussi entraîné l’avènement de la pornographie. Dans les années 70, sous prétexte de se libérer, les corps dénudés s’exposaient à tout-va, jusqu’aux années 2000 où la pudeur a fait son grand retour. Il y avait de quoi confondre féminité, séduction et sexualité…

Pensez-vous qu’on a perdu une certaine forme d’élégance ou de féminité depuis ?


Ce n’est pas la révolution sexuelle qui a conduit à cette perte de féminité, mais plutôt le regard porté sur une féminité choisie. Dans les années 50, la question ne se posait pas, toutes les femmes portaient des jupes et des talons hauts. Ce que je remarque, depuis qu’on a le choix d’en porter, c’est qu’on est très vite cataloguée lorsqu’on choisit de mettre une jupe! Au lieu d’être libérées, les femmes d’aujourd’hui sont au contraire pleines d’interdits par peur d’être jugées…

L’idée de fonder une école burlesque est-elle née de cette réflexion ?


En partie, oui. Au Palais Mascotte, j’ai appris à me débarrasser de mes complexes et à m’accepter telle que je suis. Voilà ce que j’essaie de transmettre. Peu importe le complexe physique, la raison pour laquelle on n’a pas confiance en soi, on en revient toujours à cette nécessité de se défaire des normes pour se libérer de la pression extérieure et faire ce que nous dicte le coeur. C’est cette expérience que je veux partager.

Comment appréhende-t-on de vieillir quand on a fait de sa silhouette son fond de commerce ?


Devenir une vieille dame ne me fait pas peur, au contraire! La féminité évolue toute la vie et se reconsidère constamment. Vous savez, à force de trafiquer mon image, j’ai bien failli m’égarer… Il y a finalement un équilibre constant à trouver entre intérieur et extérieur pour être en paix avec soi-même !

Marie%20Claire%20fr_edited.jpg
cotenews_logo.jpg

COTE NEWS  Avons-nous trop de valeurs moralisantes sur le sujet du corps et du sexe ?

Emma Mylan  Selon moi, ce n’est pas une question de valeurs. Il y a beaucoup de femmes que je rencontre qui n’ont pas du tout apprivoisé leurs corps. Elles n’ont pas consciences de leur expression corporelle. Elles ne savent pas comment se mouvoir, ni comment se déplacer. Elles ont du mal à montrer une épaule, une cheville, sans parler des parties intimes. A l’époque, les femmes portaient des jupes. Elles étaient féminines. Aujourd’hui, se promener en jupe est devenu difficile. Même avec une jupe en dessous du genou. C’est l’évolution de la société en général. Elle nous a apporté beaucoup à nous les femmes. Cependant, aujourd’hui, une jeune fille, dans son contexte familial, scolaire, sociétal, ne souhaite pas forcément être l’égal de l’homme. Elle souhaite juste être une jeune fille. Et dès qu’elle essaye d’être une fille, on la regarde comme si elle faisait une démarche sexuelle au lieu de comprendre que cette expression est simplement une démarche de sa féminité.

485136_398463960222993_585326291_n.jpg

COTE NEWS  Qu’est-ce que vous entendez par : « Toutes les femmes sont belles quand elles s’aiment » ?

Emma Mylan  Il n’y a pas qu’un seul modèle de beauté. Les standards de beauté sont créés par la mode. C’est dommage qu’il n’y ait qu’un modèle de beauté à atteindre : il faut être jeune et mince. C’est un vrai plan marketing, plus les gens sont frustrés, plus ils sont tristes, plus ils consomment. Mais moi, la réalité, je l’adore. Et la réalité elle est dans le spectacle. La scène est une belle métaphore de la vie. Cinq à six filles passent devant vos yeux et elles sont toutes avec des formes pas forcément standards. Elles sont toutes jolies et belles. Et le secret de leur beauté, c’est la confiance qu’elles ont en elles.

312%2520klein_edited_edited.jpg

COTE NEWS  Vous avez dit lors d’une émission de télévision : « Etre féminine, c’est être une femme épanouie. La féminité ce n’est pas seulement l’esthétique, le paraître, c’est aussi l’Etre. » Qu’est-ce que l’Etre pour vous ?


Emma Mylan  Etre bien avec soi-même. Que les femmes que je rencontre soient épanouies. Il y a plein de blocages et des barrières que l’on développe à travers le temps. Par la danse, le chant, l’art scénique, on arrive à une forme de développement personnel.  Jouer une pin-up est ludique, mais cela agit aussi profondément en nous.

COTE NEWS  Le désir et la passion, sont-ils importants dans les relations humaines ? Qu’est-ce que le mot « fidélité » évoque pour vous ?

Emma Mylan  Le mot passion est très important. J’en ai toujours vécu. J’ai de la chance de vivre ma passion à fond. La vie est faite pour être vécue et croquée à pleines dents. Même si parfois on prend des risques. Parfois, je me sens comme une trapéziste sans filet. Le cœur bat. Les concessions se font naturellement, mais il y a des prises de risque. Il faut oser. Oser. C’est comme oser être soi-même ; ce n’est pas facile. Je trouve que ça vaut tellement le coup. Il faut juste faire le pas. Je suis comme je suis. Je suis née comme ça. Je ne peux pas être un homme ; je suis une femme. Je ne changerai pas. C’est faire la paix avec soi-même au lieu d’essayer de ressembler à quelqu’un d’autre.
Quant à la fidélité. C’est aussi important pour moi. Il faut être fidèle à soi-même. Je suis autodidacte. Dans la vie si on peut compter fort sur soi-même, on a un allié d’enfer. Au sein des relations personnelles, j’emploierais le mot « honnêteté ». C’est essentiel de tout dire. Souvent, on ne se dit pas tout par politesse et par peur de blesser les autres.

KristianDill-20190130-172027-2048px.jpg

COTE NEWS  Et maintenant qu’allez-vous créer ?

Emma Mylan  L’école va continuer évidemment. Mais ma petite voix intérieure me dit qu’il est temps d’écrire et de produire un spectacle. Bien sûr, toujours à travers le new burlesque. Je souhaite offrir au public ma vision du monde sur une scène de théâtre ou de cabaret.

—  Sarah

MERCI

...  Du fond du cœur

J'ai été époustouflé par la bienveillance et le professionnalisme d'Emma.

Derrière tous ce travail, il y a toi qui a su me donner confiance, me révéler à moi-même. 

Alors chapeau, et encore merci !!!

Je t'embrasse 

 

.”